France : « La souffrance psychique des exilés. Une urgence de santé publique », rapport de Médecins du Monde et du Centre Primo Levi

À l’occasion de la Journée Mondiale des réfugiés du 20 juin dernier, le Centre Primo Levi et Médecins du Monde ont mis en commun leurs constats pour construire un rapport à propos de la santé mentale des réfugiés sur le sol français « La souffrance psychique des exilés. Une urgence de santé publique ». Ce rapport met en avant les mêmes observations que celles relevées lors de la Table d’Échanges du SMES-B de juin dernier.

Il est devenu indéniable qu’en France, et dans les pays voisins, les politiques se concentrent davantage sur le soin des maladies infectieuses et l’urgence médicale que sur le développement de l’offre en santé mentale. Il est aussi démontré que l’état mental des exilés se détériore après l’arrivée sur le nouveau territoire.

L’origine de ces troubles psychiques chez les personnes exilées est multiple et variée. Les diverses violences qui ont occasionné leur départ, leur parcours d’exil semé d’embuches et de pertes, la grande précarité sociale et administrative à laquelle ils font face, peuvent devenir des éléments déclencheurs.

Dans ce rapport, le Centre Primo Levi et Médecins du Monde tentent de dresser un tableau représentatif de cette situation. En 2017, on dénombre 100 000 demandes d’asile dont seulement 31,87% ont été acceptées. Parmi les personnes exilées diagnostiquées avec un trouble psychique grave, 60% sont atteintes de syndrome psychotraumatique. Les conséquences sont nombreuses notamment en ce qui concerne les démarches administratives à effectuer, la capacité à mettre en récit leur parcours d’exil ou l’apprentissage d’une langue nouvelle.

Le fossé est encore profond en ce qui concerne cette problématique qui touche cependant de nombreux pays. Néanmoins, les langues commencent à se délier, des recherches sont élaborées et des plans d’actions se mettent en place.

Découvrez le rapport complet « La souffrance psychique des exilés. Une urgence de santé publique. »