Mieux comprendre la pair-aidance pour mieux la soutenir

PNG - 201.4 ko

Repenser les pratiques

La pair-aidance repose sur la participation professionnelle d’(ex-)bénéficiaires d’aide et de soins au sein de dispositifs psycho-médico-sociaux. Ces personnes, parce qu’elles ont cheminé vers le rétablissement et vers une meilleure qualité de vie, mettent leur expertise de vie au service d’autrui. Et ce, qu’il s’agisse d’accompagnement psycho-social, d’animation de formations ou de représentation politique de publics précarisés et confrontés à la souffrance psychosociale.

Cette approche constitue l’une des principales innovations récentes en matière d’aide et de soins. En intégrant l’expertise d’anciens bénéficiaires, la pair-aidance propose aux équipes de professionnels de repenser leurs pratiques et d’opérer un décentrement de la relation qu’ils entretiennent avec leurs publics. L’intégration de ces “savoirs d’expériences” au sein des métiers du social et de la santé ouvre de nouvelles voies pour coller au plus près des besoins des publics fragilisés. Par là même, la pair-aidance est un outil indispensable pour améliorer l’accessibilité des services et lutter contre le non-recours.

Concrétiser la participation

Au SMES, la conviction de l’importance de la participation des personnes concernées à l’élaboration et à la mise en œuvre des projets qui les visent se concrétise dès 2014 par la présence d’un Expert du vécu en matière de pauvreté dans le Comité d’accompagnement du projet Housing First, et ensuite au sein du Conseil d’Administration de l’ASBL. Puis, En 2015, c’est en tant qu’employé qu’un pair-aidant rejoint l’équipe, en occupant une fonction centrale de l’équipe d’accompagnement du Housing First. Un travail de réflexion et d’élaboration se met en place dès avant l’arrivée du pair-aidant et se poursuit en 2018 par l’obtention de la reconnaissance officielle de ce type de poste dans des arrêtés de subventionnement.

Répertorier, illustrer et soutenir le développement de la pair-aidance

À Bruxelles et en Wallonie, les initiatives fondées sur la pair-aidance ne cessent de se développer. Elles prennent des formes et des cadres légaux divers. À ce jour, elles ne sont pas répertoriées. Des plateformes et des groupes de travail existent mais un recensement exhaustif de ces formes émergentes de travail social reste manquant. Le SMES et Le Forum – Bruxelles contre les inégalités ont souhaité s’associer pour répertorier les initiatives de pair-aidance en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Ce travail d’inventaire permettra d’objectiver le développement de la pair-aidance en Belgique francophone, de cartographier l’existant et de mettre en lien les acteurs locaux. Il se déploie sur trois volets :
- une cartographie commentée regroupant l’ensemble des initiatives identifiées au sein des secteurs francophones de l’aide et du soin, qu’il s’agisse de santé mentale, de précarité ou de consommation de substances. La cartographie vise à localiser précisément l’ensemble des initiatives existantes, leur nature, leur statut et à les faire connaître ;
- un série de portraits qui, en donnant la parole aux acteurs de terrain, illustrent les expériences positives et les difficultés rencontrées dans l’implémentation du travail pair ;
- un guide méthodologique destiné à soutenir les institutions qui souhaiteraient développer des actions en lien avec la pair-aidance.

La publication de l’étude est prévue pour la fin 2019. Elle donnera lieu à une journée publique de diffusion des résultats.

En parallèle, des intervisions spécifiques, à destination des pair-aidants, sont mises en place au SMES depuis 2018. Les participants se réunissent une fois par mois (et pendant six mois) en présence de deux animateurs. L’objectif est de proposer un lieu d’échange autour des questions que pose cette fonction spécifique, au travers des réalités de travail des participant.e.s, dans un espace protégé. Un nouveau cycle d’intervisions démarrera en janvier 2020.

Par ces actions, Le Forum et le SMES entendent soutenir de concert les institutions souhaitant développer la pair-aidance et permettre le développement d’activités de plaidoyer. L’objectif est de mieux faire connaître la pair-aidance et de susciter de nouvelles initiatives. En outre, ces travaux ont surtout pour vocation, à la manière d’un centre d’expertise, de permettre aux pair-aidants de se réapproprier les discours sur leur fonction et de les mettre davantage en lumière.