Le SMES à la matinée « Open Inspira » du Kenniscentrum

Mercredi 18 septembre, le SMES a eu la chance de participer à la matinée du Kenniscentrum autour de la thématique « Psychische kwetsbaarheid in Brussel een plaats geven in de welzijnsen zorgsector ». Cette rencontre fut l’occasion d’échanger entre professionnels du social et de la santé mentale, mais aussi d’exposer les différents projets du SMES plus en détails lors d’une table-ronde riche en débats ! Un résumé de cette journée est également à retrouver ici.

Après un moment pour faire connaissance autour d’un café, les premières heures de la matinée ont permis aux participants d’écouter les résultats de plusieurs enquêtes scientifiques, qualitatives comme quantitatives, faisant la lumière sur l’évolution et la transformation des enjeux du social-santé. Un moment très instructif dont les conclusions auront fait écho à la pratique, au champ de compétences et à l’expertise de tout un chacun.

Puis, la seconde partie de la matinée était quant à elle consacrée à l’organisation de tables-rondes dont une spécialement dédiée au SMES ! Ce faisant, les participants ont pu questionner notre directeur, Mathieu De Backer, sur les principes et la vision qui sous-tendent les activités de l’association. Plus précisément, les échanges ont porté sur le projet « réseau » du SMES (notamment sur le cycle d’intervisions et les tables d’échange), ses modalités, ses spécificités, ses enjeux et ses objectifs. Un moment riche en partage d’expériences plurielles !

Il ressortait des discussions que des espaces de la sorte étaient indispensables pour faire le lien entre les professionnels d’un même secteur, mais également entre les travailleurs issus de secteurs différents, et ce en particulier dans le cas de la santé mentale dont les problématiques s’imbriquent pour ainsi dire presque systématiquement dans des situations de (grande) précarité. À nous de continuer à construire ce réseau de professionnels impliqués et à sans cesse en ajuster le cadre.

À l’issue de cette matinée, il est donc de rigueur de réaffirmer notre volonté – manifestement partagée par nombre d’acteurs du social-santé – d’approfondir les multiples collaborations déjà en cours à Bruxelles, ainsi que d’en créer de nouvelles par-delà les frontières linguistiques qui, contrairement à certains discours en vogue, ne sont guère indépassables. Elles le sont d’autant moins que des objectifs communs ainsi qu’une reconnaissance réciproque de l’engagement et des manières de faire de chacun continuent de se développer parmi et entre les secteurs.

JPEG - 110.9 ko
JPEG - 83.6 ko