Migrants et coronavirus : des injonctions contradictoires

À l’instar des sans-abri, les migrants sont particulièrement exposés au nouveau coronavirus. Aux problèmes de santé et à l’errance s’ajoute désormais pour ce public l’impossibilité de déposer une demande d’asile – et donc de pouvoir être hébergé – suite à la suspension des activités de l’Office des étrangers. Une situation critique pour ce public fragilisé. C’est pourquoi des avocats demandent que l’Office des étrangers reprennent le traitement des demandesen appliquant les normes sanitaires adéquates.

De la même façon, Médecins du Monde appelle également à porter une attention particulière aux personnes migrantes pour qui la crise sanitaire s’annonce rude compte tenu de leurs conditions de vie. Un propos corroboré par l’épidémiologiste Benoit Kabamba : « les migrants en transit sont plus exposées puisqu’ils sont majoritairement sans abri. Dès lors les règles d’hygiène de base et de préventions sont difficilement applicables [...] De par leur environnement insalubre, ces personnes ne sont généralement pas en bonne santé, ce qui les rend encore plus fragiles face au coronavirus. »